Welcome!

Open Web Authors: Liz McMillan, Gilad Parann-Nissany, Carmen Gonzalez, Mark R. Hinkle, Elizabeth White

Blog Feed Post

R2I : la Révolution Industrielle Informatique - Troisième partie : les usages

Saas logoRappel des « chapitres » précédents :

Première partie : les bases de la R2I.

Deuxième partie : les infrastructures

C’est dans le domaine des usages que cette R2I sera la moins visible, mais c’est aussi dans ce domaine qu’elle aura le plus d’impacts sur l’amélioration du fonctionnement des entreprises.

 

SaaS : Software as a Service

C’est un thème que j’ai souvent traité dans mon blog ; il y a presque 2 ans, j’avais écrit un billet entièrement consacré au SaaS et, plus récemment, ce « coup de gueule » contre les usurpateurs du SaaS.

Gmail-on-AndroidJe rappelle en quelques lignes ce qui fait la spécificité d’une véritable solution SaaS :

  • Il suffit d’un navigateur, sur un PC, un Macintosh, une tablette ou un smartphone, pour y accéder : cohérent, bien sûr, avec ce que j’ai déjà écrit sur les infrastructures R2I.
  • Facturée comme un service, au temps et au nombre d’utilisateurs.
  • Hébergée sur un cloud public ou communautaire ; aucune solution SaaS ne peut résider dans un centre de calcul privé.
  • Multi-tenant (multi-locataires) et mono-instance : une seule version du code logiciel est utilisée par toutes les entreprises clientes.
  • Il n’existe, à un instant donné, qu’une seule version utilisable de la solution SaaS.

Toute solution logicielle qui ne possède pas ces 5 caractéristiques n’est pas une solution SaaS ; il n’y a aucune exception possible à cette règle de base.

Penguin imposterPour vous aider dans vos choix, je vous indique les « deux questions pièges » à poser à un éditeur pour dépister les faussaires SaaS :

  • Est-ce que je peux aussi l’installer dans mon centre de calcul privé, abusivement appelé cloud privé ?
  • Est-ce que je peux garder une version plus ancienne et changer à mon rythme ?

S’il répond oui à l’une de ces questions, vous avez affaire à un imposteur.

 

SaaS, un composant clef de la R2I

Vue par les entreprises clientes, la généralisation des solutions SaaS est une excellente nouvelle ; pour la première fois, dans l’histoire des applications professionnelles :

Sap error1 - L’hypothèse que l’application ne fonctionne pas n’existe plus ! Si je suis la 2587e entreprise à mettre en œuvre ce service, 2586 autres entreprises l’utilisent déjà avec succès.

2 - L’entreprise a immédiatement accès aux « meilleures pratiques » dans le domaine de l’application. Quand je mets en œuvre une application de gestion des déplacements telle que Concur, déjà utilisée par des milliers d’entreprises, je vais profiter de toutes les améliorations apportées à ces processus de gestion. Il est intéressant de noter qu’il en existe maintenant une version spéciale « secteur public » qui tient compte des spécificités de leurs processus.

3 - Les délais de mise en œuvre se mesurent en semaines ou en mois, pas en années.

ERP SaaS vs On premise version4 -Le cauchemar des migrations disparaît : quand, par miracle, une entreprise arrivait à faire fonctionner une application artisanale traditionnelle, l’éditeur se faisait un malin plaisir de débarquer pour annoncer qu’il fallait « migrer vers la nouvelle version ». Ceci explique pourquoi la grande majorité des entreprises qui déploient un logiciel traditionnel n’utilisent pas les dernières versions, comme le montre ce graphique comparant une solution SaaS, Workday, à des solutions historiques bien connues.

Boulet-bagnard-5 - Que je sois une multinationale basée à San Francisco, une entreprise moyenne à Rome ou une PME en Roumanie, j’ai la possibilité d’utiliser la même application, la « meilleure possible ». C’est une opportunité extraordinaire pour les PME et pour les entreprises dans les pays en émergence, qui sont moins bloquées dans leurs évolutions de leurs SI par les Boulets ERP existants.

6 - A tout instant, je peux adapter mon budget à l’évolution de l’activité de mon entreprise, en achetant plus de services ou en renouvelant un nombre plus faible d’utilisateurs si nécessaire.

7 - Dans la grande majorité des cas, les coûts complets des solutions SaaS sont très inférieurs à ceux des solutions historiques. Je consacre un paragraphe complet à ce thème.

Difficile, quand on est directeur général, directeur financier, directeur métiers ou informaticien responsable de résister à ces sept avantages principaux des solutions SaaS.

Des applications industrielles, qui fonctionnent, en permanence à jour, à des coûts raisonnables et prévisibles... l’industrialisation des usages a du bon !

 

SaaS : pour quels usages universels

Les solutions SaaS ont un grave défaut : elles ne peuvent pas répondre à tous les besoins des entreprises, contrairement à ce qu’ont essayé de faire croire pendant trop longtemps les éditeurs historiques de « solutions intégrées ».

Couteau suisse géantCes solutions, et tout le monde les connait, me font toujours penser à ces gigantesques couteaux suisses disposant de dizaines de fonctions, oui, mais qui font tout... très mal. 

Essayez d’élaguer votre forêt avec la scie de ce couteau, le plus grand « intégré » au monde ! Seriez-vous prêt à ouvrir une bouteille de Petrus avec ce tire-bouchon ?

La logique « industrielle » des composants s’impose enfin dans le monde du logiciel et plus aucun éditeur SaaS sérieux ne prétend répondre à tous vos besoins.

Une solution SaaS ne peut réussir que si elle répond aux attentes d’un grand nombre d’entreprises ; c’est toujours sur les grandes séries que l’on peut amortir des investissements industriels.

Usages & Infrast - tous composantsSur ce schéma, j’ai représenté les principaux composants d’un Système d’Information.

  • Les infrastructures, support des usages, auxquelles on accède avec un navigateur ou... un navigateur.
  • Les usages informatiques structurés « cœur métiers » : ce sont ceux pour lesquels il existe rarement des solutions SaaS et que je traite dans le prochain paragraphe.
  • Les usages informatiques structurés « fonctions support » : CRM, pilotage RH, budgets... Aujourd’hui, d’excellentes solutions SaaS sont disponibles pour 99 % des les fonctions supports.
  • Les usages « participatique » : messagerie, agenda, traitement de texte, tableur, blogs, wikis... Pour ces usages, les solutions SaaS s’imposent.
  • L’informatique flexible, permettant de développer très rapidement des applications légères de BPM (Business Process Modeling) ou de décisionnel (Business Intelligence). Il existe depuis peu d’excellentes solutions SaaS telles que RMP pour le BPM ou BIME pour le décisionnel, deux jeunes et brillantes sociétés françaises qui concurrencent fortement les solutions historiques traditionnelles.

Migration composantsDans cette logique de « composants logiciels », à la base de la démarche usages R2I, les décisions stratégiques deviennent très simples :

  • La seule réponse industrielle à une demande fonction support = SaaS ou SaaS, sur cloud public.
  • La seule réponse industrielle à une demande participatique = SaaS ou SaaS, sur cloud public.
  • La seule réponse industrielle à une demande « informatique flexible » = SaaS ou SaaS, sur cloud public.

Reste à régler le problème des applications cœur métiers...

 

Les usages cœur métiers

Vueling Paris ValenciaToutes les entreprises nécessitent des applications qui répondent à des besoins très spécifiques : gestion d’une raffinerie de pétrole, équilibrage en temps réel d’un réseau de transport d’énergie électrique, transactions boursières, « yield management » pour les compagnies aériennes... Ce tableau est un exemple des tarifs qui me sont proposés par la compagnie aérienne Vueling pour le vol Paris Valencia en octobre ; ils varient entre 50 et 110 € selon les jours. Je ne suis pas certain que cette application intéresse beaucoup une banque ou une société de distribution alimentaire ; c’est la caractéristique de base d’une application métier.

Pour ces usages métiers, il existe maintenant deux réponses possibles : 

  • Amadeus HPUne solution SaaS sur cloud communautaire. En restant dans l’exemple du transport aérien, la société Amadeus fournit à des centaines d’entreprises du secteur des transports une application métier SaaS industrielle de très haute qualité, capable de traiter 100 millions de réservations par mois. Ces applications communautaires ne sont possibles que si l’application métier concernée n’est pas une source potentielle d’avantage compétitif. C’est le cas avec Amadeus qui s’occupe en priorité du processus de réservation, une fois que le client a fait ses choix de compagnie aérienne et de prix.
  • Une solution propriétaire, unique, non industrielle, installée dans le centre de calcul de l’entreprise ou hébergée par une société tierce. Cela restera encore, pendant de nombreuses années, la réponse la plus fréquente, surtout pour les grandes organisations. Dans cette situation, je pronostique et espère la renaissance des applications vraiment sur mesure, construites avec des outils industriels, Java, PHP, HTML5... Cette démarche est, à long terme, plus efficace et plus rentable que d’essayer de bricoler un ERP universel pour essayer de l’adapter à des processus métiers qui sont spécifiques et différents de ceux de la concurrence.

J’ai une très bonne nouvelle pour les entreprises : 

Aujourd’hui, entre 60 et 80 % des usages peuvent être pris en charge par des applications industrielles SaaS.

 

Dimensions économiques : SaaS vs solution traditionnelle

Fiat KhadafiDans le garage d’un chef d’État « démocratique » récemment disparu, on a trouvé une voiture unique au monde, une Fiat 500 estimée à 200 000 €.

Les « garages informatiques » des grandes entreprises sont eux aussi remplis d’applications et d’ERP uniques au monde, assemblés à grands frais, sur des périodes de plusieurs années et qui, en plus, sont en permanence en révision !

ROI détaillés trois SaaSTous les grands cabinets d’analyse, Gartner, Forrester, Nucleus... ont publié des études sur le ROI des solutions SaaS. Sans surprise, et quelles que soient les méthodes de calcul, les résultats obtenus démontrent que les solutions SaaS sont beaucoup moins chères. En voici trois exemples, parmi des centaines, par Forrester sur Concur et Google Apps et Nucleus sur la plus célèbre des solutions SaaS, Salesforce.

Exemples ROI SaaSJ’ai résumé ces résultats sur ce petit tableau très simple qui donne le ROI et la période de retour sur investissements dans les trois cas ; à montrer, sans modération, à votre Directeur Général ou votre DAF !

Tous ces tableaux, tous ces chiffres ne font que confirmer ce qu’un peu de bon sens rend évident : une solution industrielle, quel que soit le secteur d’activité, coûte toujours moins cher qu’une réalisation artisanale.

Pour une entreprise, les avantages financiers des solutions industrielles SaaS sont nombreux :

  • Pas de CAPEX, uniquement des OPEX. 
  • Des dépenses prévisibles, année après année. 
  • Des ROI très élevés.
  • La capacité d’arrêter un projet qui ne donne pas satisfaction.
  • Des dépenses qui s’adaptent facilement aux évolutions de l’activité de l’entreprise.

 

Des usages informatiques industriels, c’est ... aujourd’hui.

Prix vente moyen voiture USACette révolution industrielle des usages est aux portes des entreprises ; pour le moment, seules les plus innovantes ont fait le saut dans ce Nouveau Monde du SaaS et en tirent des avantages concurrentiels majeurs.

Comme le montre clairement ce graphique, dans la première moitié du XXe siècle, l’industrialisation du secteur automobile américain a permis de diviser par trois, en dollars constants, le prix de vente d’une voiture.

Il n’y a plus aucune raison pour que l’on ne puisse pas faire un graphique similaire, représentant la baisse des coûts des applications informatiques, sur la période 2010 à 2020.

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

@ThingsExpo Stories
We are reaching the end of the beginning with WebRTC, and real systems using this technology have begun to appear. One challenge that faces every WebRTC deployment (in some form or another) is identity management. For example, if you have an existing service – possibly built on a variety of different PaaS/SaaS offerings – and you want to add real-time communications you are faced with a challenge relating to user management, authentication, authorization, and validation. Service providers will want to use their existing identities, but these will have credentials already that are (hopefully) i...
"Matrix is an ambitious open standard and implementation that's set up to break down the fragmentation problems that exist in IP messaging and VoIP communication," explained John Woolf, Technical Evangelist at Matrix, in this SYS-CON.tv interview at @ThingsExpo, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
Connected devices and the Internet of Things are getting significant momentum in 2014. In his session at Internet of @ThingsExpo, Jim Hunter, Chief Scientist & Technology Evangelist at Greenwave Systems, examined three key elements that together will drive mass adoption of the IoT before the end of 2015. The first element is the recent advent of robust open source protocols (like AllJoyn and WebRTC) that facilitate M2M communication. The second is broad availability of flexible, cost-effective storage designed to handle the massive surge in back-end data in a world where timely analytics is e...
How do APIs and IoT relate? The answer is not as simple as merely adding an API on top of a dumb device, but rather about understanding the architectural patterns for implementing an IoT fabric. There are typically two or three trends: Exposing the device to a management framework Exposing that management framework to a business centric logic Exposing that business layer and data to end users. This last trend is the IoT stack, which involves a new shift in the separation of what stuff happens, where data lives and where the interface lies. For instance, it's a mix of architectural styles ...
The Internet of Things will put IT to its ultimate test by creating infinite new opportunities to digitize products and services, generate and analyze new data to improve customer satisfaction, and discover new ways to gain a competitive advantage across nearly every industry. In order to help corporate business units to capitalize on the rapidly evolving IoT opportunities, IT must stand up to a new set of challenges. In his session at @ThingsExpo, Jeff Kaplan, Managing Director of THINKstrategies, will examine why IT must finally fulfill its role in support of its SBUs or face a new round of...
Cultural, regulatory, environmental, political and economic (CREPE) conditions over the past decade are creating cross-industry solution spaces that require processes and technologies from both the Internet of Things (IoT), and Data Management and Analytics (DMA). These solution spaces are evolving into Sensor Analytics Ecosystems (SAE) that represent significant new opportunities for organizations of all types. Public Utilities throughout the world, providing electricity, natural gas and water, are pursuing SmartGrid initiatives that represent one of the more mature examples of SAE. We have s...
The Internet of Things will greatly expand the opportunities for data collection and new business models driven off of that data. In her session at @ThingsExpo, Esmeralda Swartz, CMO of MetraTech, discussed how for this to be effective you not only need to have infrastructure and operational models capable of utilizing this new phenomenon, but increasingly service providers will need to convince a skeptical public to participate. Get ready to show them the money!
One of the biggest challenges when developing connected devices is identifying user value and delivering it through successful user experiences. In his session at Internet of @ThingsExpo, Mike Kuniavsky, Principal Scientist, Innovation Services at PARC, described an IoT-specific approach to user experience design that combines approaches from interaction design, industrial design and service design to create experiences that go beyond simple connected gadgets to create lasting, multi-device experiences grounded in people's real needs and desires.
P2P RTC will impact the landscape of communications, shifting from traditional telephony style communications models to OTT (Over-The-Top) cloud assisted & PaaS (Platform as a Service) communication services. The P2P shift will impact many areas of our lives, from mobile communication, human interactive web services, RTC and telephony infrastructure, user federation, security and privacy implications, business costs, and scalability. In his session at @ThingsExpo, Robin Raymond, Chief Architect at Hookflash, will walk through the shifting landscape of traditional telephone and voice services ...
Scott Jenson leads a project called The Physical Web within the Chrome team at Google. Project members are working to take the scalability and openness of the web and use it to talk to the exponentially exploding range of smart devices. Nearly every company today working on the IoT comes up with the same basic solution: use my server and you'll be fine. But if we really believe there will be trillions of these devices, that just can't scale. We need a system that is open a scalable and by using the URL as a basic building block, we open this up and get the same resilience that the web enjoys.
The Internet of Things is tied together with a thin strand that is known as time. Coincidentally, at the core of nearly all data analytics is a timestamp. When working with time series data there are a few core principles that everyone should consider, especially across datasets where time is the common boundary. In his session at Internet of @ThingsExpo, Jim Scott, Director of Enterprise Strategy & Architecture at MapR Technologies, discussed single-value, geo-spatial, and log time series data. By focusing on enterprise applications and the data center, he will use OpenTSDB as an example t...
The Domain Name Service (DNS) is one of the most important components in networking infrastructure, enabling users and services to access applications by translating URLs (names) into IP addresses (numbers). Because every icon and URL and all embedded content on a website requires a DNS lookup loading complex sites necessitates hundreds of DNS queries. In addition, as more internet-enabled ‘Things' get connected, people will rely on DNS to name and find their fridges, toasters and toilets. According to a recent IDG Research Services Survey this rate of traffic will only grow. What's driving t...
Enthusiasm for the Internet of Things has reached an all-time high. In 2013 alone, venture capitalists spent more than $1 billion dollars investing in the IoT space. With "smart" appliances and devices, IoT covers wearable smart devices, cloud services to hardware companies. Nest, a Google company, detects temperatures inside homes and automatically adjusts it by tracking its user's habit. These technologies are quickly developing and with it come challenges such as bridging infrastructure gaps, abiding by privacy concerns and making the concept a reality. These challenges can't be addressed w...
Explosive growth in connected devices. Enormous amounts of data for collection and analysis. Critical use of data for split-second decision making and actionable information. All three are factors in making the Internet of Things a reality. Yet, any one factor would have an IT organization pondering its infrastructure strategy. How should your organization enhance its IT framework to enable an Internet of Things implementation? In his session at Internet of @ThingsExpo, James Kirkland, Chief Architect for the Internet of Things and Intelligent Systems at Red Hat, described how to revolutioniz...
Bit6 today issued a challenge to the technology community implementing Web Real Time Communication (WebRTC). To leap beyond WebRTC’s significant limitations and fully leverage its underlying value to accelerate innovation, application developers need to consider the entire communications ecosystem.
The definition of IoT is not new, in fact it’s been around for over a decade. What has changed is the public's awareness that the technology we use on a daily basis has caught up on the vision of an always on, always connected world. If you look into the details of what comprises the IoT, you’ll see that it includes everything from cloud computing, Big Data analytics, “Things,” Web communication, applications, network, storage, etc. It is essentially including everything connected online from hardware to software, or as we like to say, it’s an Internet of many different things. The difference ...
Cloud Expo 2014 TV commercials will feature @ThingsExpo, which was launched in June, 2014 at New York City's Javits Center as the largest 'Internet of Things' event in the world.
SYS-CON Events announced today that Windstream, a leading provider of advanced network and cloud communications, has been named “Silver Sponsor” of SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9–11, 2015, at the Javits Center in New York, NY. Windstream (Nasdaq: WIN), a FORTUNE 500 and S&P 500 company, is a leading provider of advanced network communications, including cloud computing and managed services, to businesses nationwide. The company also offers broadband, phone and digital TV services to consumers primarily in rural areas.
"There is a natural synchronization between the business models, the IoT is there to support ,” explained Brendan O'Brien, Co-founder and Chief Architect of Aria Systems, in this SYS-CON.tv interview at the 15th International Cloud Expo®, held Nov 4–6, 2014, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
The major cloud platforms defy a simple, side-by-side analysis. Each of the major IaaS public-cloud platforms offers their own unique strengths and functionality. Options for on-site private cloud are diverse as well, and must be designed and deployed while taking existing legacy architecture and infrastructure into account. Then the reality is that most enterprises are embarking on a hybrid cloud strategy and programs. In this Power Panel at 15th Cloud Expo (http://www.CloudComputingExpo.com), moderated by Ashar Baig, Research Director, Cloud, at Gigaom Research, Nate Gordon, Director of T...