Welcome!

Release Management Authors: Liz McMillan, Jnan Dash, Lori MacVittie, Gilad Parann-Nissany, Carmen Gonzalez

Blog Feed Post

La vérité sur les usages de Microsoft Office : la plus grande escroquerie informatique des 25 dernières années !

 

DPC ombre voleur 57520062(Texte un peu plus long que d’habitude, rendu nécessaire par l’importance du sujet et l’urgence des décisions à prendre.)

Entre 1990 et 2000, toutes les entreprises ont équipé leurs salariés qui disposaient d’un PC Windows de la suite bureautique Office. Depuis, elles renouvellent, consciencieusement, sans se poser trop de questions, leurs licences Office, pour le plus grand bonheur des finances de Microsoft.

  

LA vache à lait de Microsoft : Office

Office Cash CowOffice a été et reste encore la « vache à lait » numéro un de Microsoft. 

Cela fait plus de 15 ans qu'Office représente, avec Windows, les deux principales sources de bénéfices de Microsoft. Depuis plusieurs années, et surtout depuis 2010, les bénéfices générés par Windows diminuent tous les ans, et le mouvement s’accélère, comme le montre clairement ce graphique. 

Microsoft Profits:divisions

En 2013, les bénéfices venant d’Office sont 1,6 fois plus grands que ceux de Windows.

Si l’on analyse avec plus de détails les chiffres du deuxième trimestre 2013, on constate que :

  • La division Office dégage une marche brute de 68 %. Pour un produit qui a plus de 20 ans d’âge, c’est du jamais vu.
  • Cette division Office représente 62 % de tous les bénéfices de Microsoft, Windows et Serveurs fournissant, ensemble, 70 % d’Office. 
  • Les deux autres divisions, Entertainment (XBox) et Online (Outlook.com, Bing...) sont en perte.

Résultats Microsoft : Division Q3 2013 

La vérité sur les usages, enfin !

Softwatch HP
Une jeune société, Softwatch, basée en Israël, a créé CloudIT, solution SaaS bien entendu, qui permet de mesurer la réalité des usages de Microsoft Office sur tous les PC, fixes ou portables

Softwatch resultsIl suffit d’installer un petit agent logiciel sur chaque poste de travail et de mener une campagne de mesure pendant un ou deux mois. L’entreprise dispose alors de tableaux de bord très détaillés permettant de comprendre comment est utilisé chaque composant de cette suite intégrée, personne par personne.

Softwatch vient de publier un document passionnant, disponible en PDF, qui fait la synthèse de plusieurs séries de mesures, couvrant :

  • 51 entreprises.
  • 148 500 personnes
  • Trois mois de mesures.

C’est, à mon avis, un échantillon suffisamment grand pour fournir des résultats synthétiques généralisables à la majorité des entreprises.  

Je vous en propose une analyse globale, mettant en évidence les résultats qui me paraissent les plus significatifs, que j’ai résumés dans le schéma ci-dessous.

Usages Microsoft Office

  • Temps moyen d’utilisation de Microsoft Office : 48 minutes par jour, ce qui correspond à exactement 10 % d’une journée de 8 heures de travail.
  • Outlook, la fonction liée à la messagerie et l’agenda, représente 68 % du temps d’utilisation d’Office, soit 33 minutes par jour. C’est plus des 2/3 du temps total d’usage, pour des fonctions autres que les textes, tableaux ou présentations.
  • Les trois fonctions « classiques » d’Office, ensemble, ne représentent que 15 minutes d’usage par jour !
  •     Word, avec 8 minutes par jour, est la fonction la « plus utilisée » ; cela représente une minute par heure.
  •     Excel, quant à lui, à droit à 5 minutes par jour.
  •     PowerPoint, le parent pauvre de la famille : 2 minutes par jour. Cela fait, sur une année entière, 6 heures d’utilisation, même pas une journée complète.

Vous êtes surpris ? Je l’ai été ! J’avais constaté depuis longtemps que l’usage d’Office était beaucoup moins fréquent que l’imaginaient les entreprises, mais ce niveau très bas d’usage m’interpelle, comme il devrait interpeller tous les responsables informatiques qui dépensent des fortunes pour les licences Office.

  

 Office : typologie des utilisateurs

La segmentation des personnes par leur niveau d’usages de Microsoft Office donne des résultats au moins aussi intéressants que ceux sur les niveaux moyens d’utilisation.

Softwatch permet une analyse fine par « niveau » d’utilisation de chacun de ces outils. Je trouve leur typologie très pertinente :

Softwatch Office users treshold

  • Utilisateurs intensifs (Heavy users) : Softwatch place la barre très bas : pour être dans la catégorie intensif, il suffit d’utiliser Word ou PowerPoint 12 minutes par jour, et Excel 18 minutes par jour. Ceci correspond à 2 à 3 minutes... par heure.
  • Tous les autres, regroupés dans la famille des utilisateurs légers (light users), elle-même segmentée en trois sous-familles :
  •     Non-utilisateurs (Inactive users) : n’ouvrent jamais Word, Excel ou PowerPoint.
  •     Visualisateurs (Viewers) : regardent des documents Office mais n’y apportent aucune modification, un peu comme le font les lecteurs de documents PDF (Rappel, PDF reader est... gratuit.).
  •     Modifications légères (Light Editors) : apportent, de manière très épisodique, quelques modifications aux documents Office.

Dans le tableau ci-dessus, qui présente la matrice utilisateurs intensifs/légers pour les trois produits Office, les chiffres sont sans appel :

  • Pour PowerPoint, 98 % des personnes sont dans la catégorie « légers ».
  • Word fait un peu mieux :  ils ne sont « que » 91 % de « légers ».
  • C’est Excel qui a droit à la plus grande population d’utilisateurs intensifs, toutes proportions gardées. Ils sont 19 % à utiliser Excel plus de 18  minutes par jour.

L’analyse plus fine des « utilisateurs légers » enfonce le clou : Microsoft Office est un outil dont les fonctions traditionnelles sont vraiment très, très très peu utilisées.

Softwatch Office light users treshold

Laissons parler les chiffres :

  • La « vedette » reste PowerPoint : 50 % des salariés n’ouvrent jamais PPT, qui est pourtant installé sur tous les PC. Il faut y ajouter les 18 % qui s’en servent uniquement pour visualiser une présentation.
  • Word : la majorité des personnes, 56 % (91 % x 62 %) utilisent Word pour faire des modifications légères à des documents existants.
  • Une fois encore, c’est Excel qui s’en sort le moins mal : 43 % (81 % x 53 %) des salariés apportent des changements légers à des feuilles de calcul.

Que nous disent ces chiffres ? Les solutions « Cloud », alternatives économiques et collaboratives aux produits Office + Exchange ou Notes, peuvent aujourd’hui répondre aux besoins réels de la grande majorité des salariés des entreprises. Par précaution, et pour ne pas créer de fausses polémiques, je fais l’hypothèse que les outils traitement de texte, tableur et présentation des solutions Cloud ne répondent pas aux attentes des « utilisateurs intensifs », même si ce n’est probablement pas le cas.

  • 100 % des utilisateurs de messagerie et agenda : les versions navigateurs de Google Apps disposent de la fonction Off-Line et sont disponibles sur tout objet d’accès, PC, Macintosh, smartphones et tablettes.
  • 98 % des salariés n’ont pas besoin de PowerPoint sur leur poste de travail.
  • 91 % des salariés peuvent vivre, très bien, sans Word.
  • Pour Excel, ils sont 19 % à devoir garder ce logiciel sur leur PC.

Office 2:3 outSoftwatch donne une autre statistique très intéressante :

  • 68 % des salariés ne sont « utilisateurs intensifs » d’aucun des trois produits, Word, Excel et PowerPoint. Ceci veut dire que l’on peut éliminer Office sur les 2/3 des PC sans aucun risque.
  • Il n’y a que 2 % de la population qui est utilisateur intensif de deux des trois produits. Il n’y en a aucun qui soit intensif sur les trois. En clair, ceci veut dire que le « contrôleur de gestion fou » qui fait des tableaux Excel de 634 lignes et 197 colonnes, que personne ne lit, peut basculer sur le Cloud pour ses documents textes et ses présentations.

Oui, je vous entends déjà me dire : ces statistiques sont très intéressantes, mais, dans mon entreprise,... c’est différent ! La réponse est très simple, et je la détaillerai dans la dernière partie de ce texte : faites vos propres mesures avec Softwatch.

  

Office 365 : le piège mortel

Cela fait quelques années que les entreprises ont compris au moins une chose : quelle que soit la version de Microsoft Office utilisée, elle est déjà surdimensionnée par rapport aux besoins réels. Celles qui avaient eu la sagesse de ne pas signer des contrats de type « Software Assurance » ont pu garder des versions anciennes, sans risques, et en réduisant fortement leurs budgets de licences Microsoft.

Office 365 E3 prix eurosLa vache à lait Office est menacée ; Microsoft pensait avoir trouvé la parade en inventant un piège génial et... mortel, qui a pour nom Office 365.

Comme plus personne de souhaite acheter Office, un produit obèse, hors de prix et inutile, Microsoft  essaye de vous le faire avaler en mode « indolore » en vous le louant au sein d’une suite encore plus intégrée, qui a pour nom Office 365.

Le prix annuel, 228 € peut, à juste raison, faire peur, Microsoft préfère annoncer sa solution à 19 € par mois, un chiffre moins dissuasif, même si l’annonce précise bien qu’il s’agit d’un contrat annuel. 

Un petit rappel : depuis 2007, Google Apps est commercialisé à 40 € / an, prix qui n’a pas bougé depuis 6 ans. Office 365 n’est que... 5,7 fois plus cher que Google Apps.

L’argument massue de Microsoft, avec Office 365 vous pouvez continuer à utiliser Office sur vos PC, vient de tomber, merci Softwatch ! 

  

Ce scandale financier peut, et doit cesser

Aucun DSI ne peut aujourd’hui, continuer à ignorer l’évidence : en maintenant Microsoft Office sur les PC de tous ces clients internes, il dilapide tous les ans des milliers, des millions d’euros. 

DPC euros trashcan 44850605A l’heure où tous les DSI sont sous la pression des dirigeants pour réduire les coûts de l’informatique, ils peuvent répondre, immédiatement, à cette demande, en trois étapes simples :

  • Lancer une campagne de mesure de la réalité des usages de Microsoft Office dans leur entreprise.
  • Basculer toute l’entreprise sur de véritables solutions SaaS économiques, et Google Apps est aujourd’hui la seule option industrielle crédible.
  • Maintenir, pour la petite minorité des clients internes qui ont encore, objectivement, besoin d’un outil de création de contenu très puissant, les versions existantes de Word, Excel ou PowerPoint, déjà payées. 

Ces clients auront été clairement identifiés, un par un, à l’aide de la campagne de mesure.

Ne pas le faire, immédiatement ? Ce serait une faute professionnelle grave qui pourrait mener, rapidement, de nombreux responsables informatiques, devenus des irresponsables informatiques, à l’ANPE.

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

@ThingsExpo Stories
There will be new vendors providing applications, middleware, and connected devices to support the thriving IoT ecosystem. This essentially means that electronic device manufacturers will also be in the software business. Many will be new to building embedded software or robust software. This creates an increased importance on software quality, particularly within the Industrial Internet of Things where business-critical applications are becoming dependent on products controlled by software. Qua...
"There's a growing demand from users for things to be faster. When you think about all the transactions or interactions users will have with your product and everything that is between those transactions and interactions - what drives us at Catchpoint Systems is the idea to measure that and to analyze it," explained Leo Vasiliou, Director of Web Performance Engineering at Catchpoint Systems, in this SYS-CON.tv interview at 18th Cloud Expo, held June 7-9, 2016, at the Javits Center in New York Ci...
SYS-CON Events has announced today that Roger Strukhoff has been named conference chair of Cloud Expo and @ThingsExpo 2016 Silicon Valley. The 19th Cloud Expo and 6th @ThingsExpo will take place on November 1-3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. "The Internet of Things brings trillions of dollars of opportunity to developers and enterprise IT, no matter how you measure it," stated Roger Strukhoff. "More importantly, it leverages the power of devices and the Interne...
The Internet of Things will challenge the status quo of how IT and development organizations operate. Or will it? Certainly the fog layer of IoT requires special insights about data ontology, security and transactional integrity. But the developmental challenges are the same: People, Process and Platform. In his session at @ThingsExpo, Craig Sproule, CEO of Metavine, demonstrated how to move beyond today's coding paradigm and shared the must-have mindsets for removing complexity from the develo...
SYS-CON Events announced today that MangoApps will exhibit at the 19th International Cloud Expo, which will take place on November 1–3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA. MangoApps provides modern company intranets and team collaboration software, allowing workers to stay connected and productive from anywhere in the world and from any device.
The IETF draft standard for M2M certificates is a security solution specifically designed for the demanding needs of IoT/M2M applications. In his session at @ThingsExpo, Brian Romansky, VP of Strategic Technology at TrustPoint Innovation, explained how M2M certificates can efficiently enable confidentiality, integrity, and authenticity on highly constrained devices.
"We've discovered that after shows 80% if leads that people get, 80% of the conversations end up on the show floor, meaning people forget about it, people forget who they talk to, people forget that there are actual business opportunities to be had here so we try to help out and keep the conversations going," explained Jeff Mesnik, Founder and President of ContentMX, in this SYS-CON.tv interview at 18th Cloud Expo, held June 7-9, 2016, at the Javits Center in New York City, NY.
Internet of @ThingsExpo has announced today that Chris Matthieu has been named tech chair of Internet of @ThingsExpo 2016 Silicon Valley. The 6thInternet of @ThingsExpo will take place on November 1–3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA.
When people aren’t talking about VMs and containers, they’re talking about serverless architecture. Serverless is about no maintenance. It means you are not worried about low-level infrastructural and operational details. An event-driven serverless platform is a great use case for IoT. In his session at @ThingsExpo, Animesh Singh, an STSM and Lead for IBM Cloud Platform and Infrastructure, will detail how to build a distributed serverless, polyglot, microservices framework using open source tec...
The 19th International Cloud Expo has announced that its Call for Papers is open. Cloud Expo, to be held November 1-3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA, brings together Cloud Computing, Big Data, Internet of Things, DevOps, Digital Transformation, Microservices and WebRTC to one location. With cloud computing driving a higher percentage of enterprise IT budgets every year, it becomes increasingly important to plant your flag in this fast-expanding business opportuni...
From wearable activity trackers to fantasy e-sports, data and technology are transforming the way athletes train for the game and fans engage with their teams. In his session at @ThingsExpo, will present key data findings from leading sports organizations San Francisco 49ers, Orlando Magic NBA team. By utilizing data analytics these sports orgs have recognized new revenue streams, doubled its fan base and streamlined costs at its stadiums. John Paul is the CEO and Founder of VenueNext. Prior ...
A critical component of any IoT project is what to do with all the data being generated. This data needs to be captured, processed, structured, and stored in a way to facilitate different kinds of queries. Traditional data warehouse and analytical systems are mature technologies that can be used to handle certain kinds of queries, but they are not always well suited to many problems, particularly when there is a need for real-time insights.
"My role is working with customers, helping them go through this digital transformation. I spend a lot of time talking to banks, big industries, manufacturers working through how they are integrating and transforming their IT platforms and moving them forward," explained William Morrish, General Manager Product Sales at Interoute, in this SYS-CON.tv interview at 18th Cloud Expo, held June 7-9, 2016, at the Javits Center in New York City, NY.
CenturyLink has announced that application server solutions from GENBAND are now available as part of CenturyLink’s Networx contracts. The General Services Administration (GSA)’s Networx program includes the largest telecommunications contract vehicles ever awarded by the federal government. CenturyLink recently secured an extension through spring 2020 of its offerings available to federal government agencies via GSA’s Networx Universal and Enterprise contracts. GENBAND’s EXPERiUS™ Application...
Internet of @ThingsExpo, taking place November 1-3, 2016, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA, is co-located with the 19th International Cloud Expo and will feature technical sessions from a rock star conference faculty and the leading industry players in the world and ThingsExpo Silicon Valley Call for Papers is now open.
Big Data engines are powering a lot of service businesses right now. Data is collected from users from wearable technologies, web behaviors, purchase behavior as well as several arbitrary data points we’d never think of. The demand for faster and bigger engines to crunch and serve up the data to services is growing exponentially. You see a LOT of correlation between “Cloud” and “Big Data” but on Big Data and “Hybrid,” where hybrid hosting is the sanest approach to the Big Data Infrastructure pro...
The IoT is changing the way enterprises conduct business. In his session at @ThingsExpo, Eric Hoffman, Vice President at EastBanc Technologies, discussed how businesses can gain an edge over competitors by empowering consumers to take control through IoT. He cited examples such as a Washington, D.C.-based sports club that leveraged IoT and the cloud to develop a comprehensive booking system. He also highlighted how IoT can revitalize and restore outdated business models, making them profitable ...
We all know the latest numbers: Gartner, Inc. forecasts that 6.4 billion connected things will be in use worldwide in 2016, up 30 percent from last year, and will reach 20.8 billion by 2020. We're rapidly approaching a data production of 40 zettabytes a day – more than we can every physically store, and exabytes and yottabytes are just around the corner. For many that’s a good sign, as data has been proven to equal money – IF it’s ingested, integrated, and analyzed fast enough. Without real-ti...
I wanted to gather all of my Internet of Things (IOT) blogs into a single blog (that I could later use with my University of San Francisco (USF) Big Data “MBA” course). However as I started to pull these blogs together, I realized that my IOT discussion lacked a vision; it lacked an end point towards which an organization could drive their IOT envisioning, proof of value, app dev, data engineering and data science efforts. And I think that the IOT end point is really quite simple…
With 15% of enterprises adopting a hybrid IT strategy, you need to set a plan to integrate hybrid cloud throughout your infrastructure. In his session at 18th Cloud Expo, Steven Dreher, Director of Solutions Architecture at Green House Data, discussed how to plan for shifting resource requirements, overcome challenges, and implement hybrid IT alongside your existing data center assets. Highlights included anticipating workload, cost and resource calculations, integrating services on both sides...